La chemise préférée de tout le monde

Cet empiècement d’épaule taillé dans le biais de la flanelle a été une tannée à coudre, la flanelle se déformant énormément.

Si vous lisez des blogs de couture depuis un petit moment, vous saurez que pour qui cherche la chemise idéale, élégante, mais pas trop raide, confortable mais pas oversize, comme chipée à un vestiaire masculin, un patron fait office d’étalon : celui de la chemise Archer, édité par Grainline Studio.

Continuer la lecture de « La chemise préférée de tout le monde »

Feuilles mortes, église et robe chemise

C’était octobre, à Paris, avant de partir en Thaïlande – avec Noctvrna, nous ne pouvions plus nous voir très souvent et avions convenu de nous retrouver avant mon départ pour une séance photo. L’hiver m’inspirant nettement moins que l’été, je n’avais pour son objectif qu’une nouvelle robe chemise à carreaux aux tonalités décidément automnales. Continuer la lecture de « Feuilles mortes, église et robe chemise »

Oh, hello!

Me voilà de retour – il faut croire que l’été est LA saison qui m’intéresse le plus en couture. En même temps, qui n’aime pas les vêtements d’été, si légers, si gais, si colorés ? Sûrement un tas de gens, dont moi-même, d’ailleurs, qui supporte mal la chaleur au-delà de 26°C. Mais dès le joli mois de mai, avec ses jours qui se rallongent, ses fleurs qui s’ouvrent, et ses vitrines de magasins qui se colorent enfin, il m’est impossible de résister à l’appel de la (ma?) nature, et je couds des vêtements d’été. Ma productivité augmente d’ailleurs certainement avec l’ensoleillement puisque c’est une tenue entière que je montre ici. Continuer la lecture de « Oh, hello! »

Variation sur le même t’aime – 3

Et oui, après la rose et la rouge, il y en avait donc une troisième… Difficile de ne pas trop se répéter à chaque fois tant tout a déjà été dit sur ce patron, sa ligne en coeur, etc. Ajoutons simplement que je porte très peu de vêtements noirs et blancs : à cause de leur contraste, je leur trouve trop de « charisme » pour vraiment me mettre en valeur ; une question me revient souvent : est-ce la fille qui porte la robe, ou bien la robe qui porte la fille (surprenante réflexion, par ailleurs, de la part de quelqu’un dont la garde-robe ressemble assez à un nuancier Pantone)? Mais ces jolies fleurs étaient trop tentantes, dans un esprit dolce-vita-film-en-noir-et-blanc-de-toute-façon… Continuer la lecture de « Variation sur le même t’aime – 3 »

Dernières heures d’été

Je suis un peu en retard sur mon calendrier, mais finalement, l’été aussi a été retardé, non? Et puis, techniquement, nous y sommes encore pour pour quelques heures… Ensuite, il sera temps de remiser cette robe, qui est l’une de mes favorites pour les beaux jours. Mon tableau d’inspirations pour le printemps et l’été est truffé de robes du même tonneau : rafraîchissantes (l’été, il est parfois plus agréable de se couvrir que de tout exposer) et « allongeantes » (portées seules ou avec une veste courte, elles prêtent à croire que vos jambes n’ont pas de fin), je ne connais pas de fille qui ne les aime pas _ en revanche, je les crois moins populaires auprès des garçons, pour une sombre histoire de « style de femme enceinte ». Continuer la lecture de « Dernières heures d’été »

Variations sur le même t’aime – 2

Je crois l’avoir déjà dit ici, je suis plutôt routinière : relire un livre, revoir un film, recoudre le même patron de couture ne me dérange nullement ; au contraire : passé le moment de la découverte, j’apprécie d’autant plus détails, figures de style, structure du récit (comme Juliette, je suis d’ailleurs en train de relire l’intégrale des péripéties de l’ami Harry : régressif et délicieux)… De façon plus pragmatique, dans le cas de la couture, la répétition me permet d’expérimenter et de progresser _ je ne me trouve pas très bonne couturière. Par un hasard intéressant, c’est donc encore une version de la même robe au décolleté en coeur que j’ai arborée à un mariage, d’où le titre très Gainsbourg/Paradis de cette série.  Continuer la lecture de « Variations sur le même t’aime – 2 »

Pink & plaid – 1

Je ne porte jamais, jamais de chemise. J’en ai déjà possédé, bien sûr, mais elles n’ont jamais vraiment passé le test du quotidien. Les raisons sont principalement morphologiques : aucun corps ne correspond parfaitement à ceux des mannequins cabine, et le mien ne fait pas exception. Les chemises du prêt-à-porter tombent sur mes épaules et s’ouvrent généralement un peu trop au niveau de mon buste pour mon goût, tout en flottant un peu derrière (car j’ai le dos creux) : je me suis longtemps considérée trop mal fichue pour porter des chemise. Continuer la lecture de « Pink & plaid – 1 »